background image
TI : La modélisation du risque de contamination d'un aliment emballé
31
70
V
E
R
S
I
O
N
2
:
F
e
b
r
u
a
r
y
8
,
2
0
0
7
3.2.3.2
Principe d'utilisation des abaques
La Figure 3-2 permet d'auditer un fournisseur d'emballage avec l'objectif d'obtenir une
confirmation qu'une substance donnée est employée dans des conditions, qui assurent une
contamination de l'aliment inférieure à la SML ou à une valeur encore plus restrictive (ex.
contamination attendue avec un produit concurrent). Dans la réglementation européenne
actuelle, environ 400 des 2750 substances répertoriées[
23
] sont soumises à une SML.
Lors d'une audit du fournisseur, on notera que l'objectif n'est pas de deviner la valeur "vraie"
de
0
P Fo
C
=
de la formulation industrielle (cette information est confidentielle) mais d'évaluer
une
valeur,
m ax
0
P Fo
C
=
,
confirmée
par
le
fournisseur
et
vérifiant
l'inégalité :
m ax
m ax
0
0
0
P
P
P
Fo
Fo
Fo
C
C
C
=
=
=
<
. Le scénario A généralement trop pauvre en information conduit
souvent à une inégalité sans valeur pratique :
max
m ax
0
0
0
P
P
P
Fo
Fo
Fo
C
C
C
=
=
=
<
<
. Le processus de
discussion vise à affiner cette évaluation en introduisant suffisamment d'informations
complémentaires (masse moléculaire, polarité de la molécule ...) jusqu'à obtenir:
m ax
0
0
P
P
F o
F o
C
C
=
=
>
.

Afin d'automatiser l'utilisation des abaques et l'utilisation schéma de la Figure 3-1, un outil
en ligne « Decision Tool for Compliance Testing » a été développé pour générer une
importante base de données des lois de contamination pour la géométrie attendue de
l'emballage et l'aliment ainsi qu'en fonction de la durée de vie attendue du produit (Figure
3-3). La base de scénarios peut être partagée en ligne avec le fournisseur ou l'industriel qui est
à l'initiative de l'audit. Les calculs finaux sont réalisés en temps réel au fur et à mesure que de
nouvelles informations sont introduites. Cette approche permet un échange entre le client et le
fournisseur sur la base d'une méthodologie connue de toutes les parties et sans qu'il soit
nécessaire d'échanger des informations confidentielles. Elle permet en particulier d'offrir une
réponse à l'obligation de traçabilité introduite récemment dans le règlement cadre sur les
matériaux au contact des aliments [
24
].