background image
TI : La modélisation du risque de contamination d'un aliment emballé
65
70
V
E
R
S
I
O
N
2
:
F
e
b
r
u
a
r
y
8
,
2
0
0
7
qui peuvent être retenus pour l'évaluation de la contamination des aliments emballés dans une
logique de veille sanitaire.
Des exemples pratiques de données simulées sont analysés dans la partie 4.5.2.
5.2.3.2.1
Evaluation standard : hypothèses conservatives mais réalistes
Une évaluation simplifiée incluant une marge de sécurité significative est généralement
suffisante pour une première discrimination ou comme première étape d'une analyse de
l'exposition plus détaillée. Les données de contamination sont raisonnablement maximisées
en supposant que le produit est consommé à la date limite de consommation (
SD).
{
}
2
. .
P
j
j
m
P
D
F o
S D
l
=
(52)
La valeur de la contamination peut par ailleurs être maximisée en prenant un compte un
facteur s
t
ad hoc.

Quand elle doit être répétée pour un grand nombre de produits, l'hypothèse d'un temps de
contact égal à SD n'est toutefois pas satisfaisante pour le calcul de l'exposition chronique. Il
est préférable de recourir à un temps de contact moyen et de choisir une valeur de
s
t
comprise
entre 1.2 et 3 (voir Figure 4-8).
5.2.3.2.2
En prenant en compte l'historique du produit avant consommation (ex.
effet des pratiques des ménages)
La simulation probabiliste ou déterministe de la contamination peut être réalisée jusqu'au
grain le plus fin : l'unité de conditionnement. Cette approche reste aujourd'hui efficace même
quand elle est appliquée à plusieurs millions d'unités. En effet, les temps de calcul avec le
logiciel MIGRARISK varient de quelques centièmes de secondes à une ou deux secondes par
unité (suivant la complexité des calculs probabilistes).
Des gains de temps significatifs peuvent toutefois être réalisés en agrégeant les données
indépendantes. L'effet du temps de contact peut être évalué en une étape à partir des valeurs
de
t
et
s
t
identifiées à partir des données d'achat (voir Figure 5-3).
5.3 Recommandations

L'évaluation de l'exposition du consommateur est un processus itératif de complexité
croissante. En effet, si une analyse même grossière montre qu'il n'y a pas de danger pour le
consommateur, il n'est peut être pas utile de complexifier l'analyse à moins que l'on souhaite
effectuer une étude exhaustive (ex. cumuler l'exposition par la consommation alimentaire
avec l'exposition par absorption cutanée et/ou par inhalation) ou à des fins méthodologiques.
La Figure 5-4 présente un exemple de schéma itératif pour l'évaluation de l'exposition du
consommateur.