background image
ARTICLE 2
Bases physicochimiques pour l'évaluation de la conformité
TI_ARTICLE2_VITRAC_JOLY_VERSION2.DOCX
20/07/2007
19/71
19| 71
l'emballage primaire (ex. film souple). Ce type de contamination concerne principalement les
aliments solides (biscuits secs, gâteaux, plats cuisinés,...) conditionnés avec un espace gazeux
important.
4.2 Facteurs physicochimiques affectant la contamination
4.2.1 Modèle générique de contamination pour les matériaux monocouches
La contamination des aliments par les substances des emballages met en jeu : i) la diffusion dans le
matériau d'emballage contrôlé par un coefficient de diffusion D (unités SI m
2
·s
1
), ii) le partage des
substances entre l'emballage contrôlé par un coefficient de partage K, iii) l'enlèvement des
substances du côté aliment (Figure 42). Les deux premières propriétés sont détaillées
respectivement dans les parties 5 et 6. Les modèles de prédiction pour les matériaux multicouches,
avec ou sans contact ou lors d'un contact non isotherme sont repris dans l'article 1. Cette partie
reprend le modèle générique de désorption des substances de la couche directement en contact
avec l'aliment. Les équations de conservation et de transport pour un matériau dont les propriétés
de transport sont uniformes s'écrivent en une dimension:
( )
( )
(
)
(
)
( )
(
)
2
,
,
2
0
0
;
0
0
x t
x t
F
F
F
I
I
I
I
x
t
F
F
I
F
C
C
D
t
x
C
C
j
D
h C
C
h K C
C
x
x
A
C t
C t
j
dt
V
=
=
= -
=
-
=
-
=
=
=
+

(1)
C est la concentration locale dans la couche en contact, C
F
est la concentration dans l'aliment ou
le simulant de l'aliment, h est le coefficient de transfert de masse à l'interface (unités SI m·s
1
), A est
la surface de matériau en contact avec l'aliment, V est le volume de l'aliment.
Figure 42: Profil de concentration C d'un contaminant dans l'épaisseur du système emballage+aliment. Le
profil à t=0 est un profil échelon car le contaminant est dispersé de manière homogène dans la matrice, le
profil à t>0 montre la concentration décroissante du contaminant dans l'épaisseur de l'emballage en
direction de l'aliment conduisant à une discontinuité à l'interface. Celleci traduit l'existence d'un coefficient
de partage K (différent de 1) : le contaminant a ici une affinité plus grande pour le polymère.